Premier Invité : la Francesa aux fourneaux.Avec son écriture si colorée  où se mêle  son vécu Valérie nous donne ici "ses histoires" de soupes.

 

 
 
J'ai peu de recettes de soupe sur mon blog. D'une part, je fais toujours les mêmes, d'autre part je manque de prétentions pour les publier. Je sacrifie néanmoins au wip instagramé. En français dans le texte : je publie sur les réseaux des photos du modus operandi(presque) en temps réel. Et j'y croise d'autres inspirés Amoureusement Soupe qu'ils soient militants actifs, contributeurs réguliers ou engagés discrets.
Sur Pinterest la valse des soupes te donne chaud rien qu'en les regardant : des simples mais pas simplistes, des monochromes audacieuses, des pantagruéliques hypocaloriques... chacun est libre de slurper devant le bol qu'il veut.
Si les joies de la soupe sont évidentes de spontanéité chez certains, pour moi, arriver à l'aimer c'est chercher ce détail gourmand qui provoquera l'envie. Certains chemins du plaisir sont longs mais initiatiques. Comme Junior, petite je n'aimais pas la soupe. J'ai appris à dépasser ce very bad trip de la soupe à la grimace que je servais à ma mère quand j'ai dû à mon tour gérer celle qu'il me servait. Convertir un récalcitrant au potage c'est beaucoup de bienveillance et de générosité.

D'abord on s'attache aux bienfaits de la soupe, ceux qu'on va avancer pour qu'il finisse son assiette. Et on soigne son discours, on a un peu révisé son sujet parce qu'il faut être convaincue pour mieux convaincre les autres. Puis on convoque le plaisir : des lonchitas de jamon dans le consommé, des croûtons frottés aux olives noires dans le velouté de tomates, des tacos de manchego au pimenton picante dans la sopa de carbassà (soupe de courge)... des détails gourmands, des petites feintes pour provoquer l'envie. Et comme faire chabrot n'existe plus, un rab est accordé pour les deux dernières cuillères.  

Cet hiver, j'ai trouvé la première recette de soupe du reste de ma vie. Elle est indécente d'efficacité égoïste : diététique et snob. La saison des saint jacques a commencé :

Deux noix bien placées là où il faut à côté de qui il faut , des baies roses et du gingembre, et ma soupe de nouilles instantanée à 45 centimes change de dimension.

Je sais aussi qu'un de ces soirs, ma faim exigera plus roboratif : un minestrone mixé avec un peu de saucisse fumée ou une soupe de riz au cresson de Para.

J'imagine aussi des clam chowders dominicaux, des veloutés de cocos aux calamars, des marmitakos aux pommes-de-terre... des variations de certains grands classiques. Sans maltraiter les produits, la recette terroir y serait un peu bousculée par des épices ou/et des substitutions pas si impertinentes.

C'est un vrai plaisir de participer pour la seconde fois au festival Amoureusement Soupe. J'admire l'enthousiasme et la pugnacité de Véronique pour organiser cette manifestation malgré les obstacles. C'est une vraie fête de la soupe : conviviale, gourmande et ouverte, à son image.

 Et tant pis si je ne gagne pas, l'important c'est de participer!