« Je souhaite apporter une autre vision de la diététique: ce mot est tellement associé à la privation, au régime, à quelque chose de triste. Moi, je parle gourmandise, chocolat, pâtes ou pâtisserie, je dé diabolise tous les aliments »

Ariane Grumbach est diététicienne-nutritionniste, je la croise souvent sur les événements culinaires. Chaleureuse, attentive à l’écoute j’ai eu envie d’en savoir plus sur sa vision bien différente et positive, il faut bien le dire, de tous les discours entendus. Elle est notre 7ème Invité du Mois.

1. Le commencement

Je suis enfant, ma mère n'a visiblement qu'une soupe à son répertoire culinaire, poireau-pomme de terre. On en mange rarement, une à deux fois par hiver. Je ne peux pas dire que c’est mon plat favori…

2. L'autonomie

Je commence à travailler, je vis seule, je sais à peine cuisiner, j'achète des soupes en brique, c'est leur début, c'est mieux que les soupes lyophilisées, c'est facile et rapide.

3. La transmission

Dans ma "belle-famille", la soupe est maison, variée, fréquente. J'apprends les recettes traditionnelles, légumes, haricots, lentilles… et il semble que je m’en tire pas trop mal.

4. La diversité

La soupe est devenue un incontournable de ma cuisine, souvent dans la tranquillité du dimanche. Je n'oublie pas « mes » classiques mais je glane de nouvelles recettes au gré des lectures : potiron, potimarron, lentilles corail, courgettes, champignons, brocolis, épices et aromates... s'invitent dans mes casseroles, les ingrédients suivent les saisons.

5. La créativité

De plus en plus souvent, je m'affranchis des recettes, je fais confiance à mon intuition, je tente des mélanges, j’improvise à partir de ce que j’ai fait sous la main, je mixe, j’épice, je goûte avec curiosité des accords improbables…

6. La découverte

Au fil des années, je goûte des soupes d’ailleurs, Thaïlande, Japon, Chine, Italie….et m’en régale mais je me demande si on trouve ailleurs la diversité de la soupe de légumes comme ici.

Peut-être que, justement, le site « Amoureusement Soupe », qui en voit défiler tellement, aurait une réponse sur le sujet ?, je vais creuser…

7. Le métier

Depuis que je suis devenue diététicienne il y a quelques années, la soupe n’est plus seulement un sujet d’expérimentation et de dégustation personnel mais un fréquent thème de discussion professionnel. De celle qui ne sait même pas comment on réalise une soupe aux adeptes du tout prêt, de ceux qui en mangent tout l’hiver par facilité, toujours la même sans y prêter attention, à ceux qui disent qu’ « il faut » en manger, j’écoute, j’explique, j’informe, je donne envie de la mettre au menu pour sa diversité, ses saveurs, sa praticité mais toujours pour le plaisir et pas par obligation !

8. Et alors, ai-je une soupe préférée après toutes ces années ? Je réfléchis bien mais il en va des soupes comme du reste de la nourriture, ce que j’aime au-dessus de tout, c’est la VARIETE !

 


L'IMPRO VERTE d'Ariane est composée de fanes de carottes, de restes de fenouil, de pois gourmand, quelques petits pois, des tiges d'asperges, persil.

 

Vous pouvez suivre Ariane sur son blog :

 ou la contacter dans le cadre de son activité :                                                                                                       www.arianegrumbach.com