Coup de cœur pour une conférence à laquelle je n’ai pas participé physiquement mais, à laquelle j’ai pu assister grâce à la magie d’internet, tôt le matin en prenant mon petit déjeuner :

LA GASTRONOMIE ET L’INNOVATION et je me suis délectée à plus d’un titre. D’abord parce que l’on parlait de « Food » et plus précisément de « FoodTech »

 

Alors là Stop ! Remémorons-nous la définition de la « FoodTech »

Pour  le FoodTechMag, il s’agit de l’alliance entre le secteur de l’alimentation et de la restauration avec les nouvelles technologies. Quelques exemples marquants et tous récents des ces FoodTech : La Ruche Qui Dit Oui, Kitchen Trotter, Foodorama…

Les autres termes qui y sont automatiquement associés sont Start-Up et Levée de fond.

 

Bon reprenons, un premier plateau accueillait :

Raphaële MARCHAL Fondatrice En Rang d' Oignons
Akrame BENALLAL Fondateur & Président Akrame
Charles COMPAGNON Fondateur & Président Richer, L'office, 52 Faubourg Saint Denis
Christophe MICHALAK Fondateur & Président Michalak Masterclass

Je ne ferai pas ici une synthèse de ce qui a été dit, je vous laisse découvrir la vidéo qui vaut le coup vous l’aurez compris, mais je soulignerais plutôt  des mots, des propos, des phrases qui m’ont plus qui m’ont fait sourire…

et bravo à la BPIFrance pour cette initiative.

« la Trad-innovation est de savoir emboîter dans la Tradition qui est notre atout culinaire,  l’Innovation » Akrame Benallal

 « Ce qui me dérange dans la Food Tech  c’est qu’il y a beaucoup de Tech et pas beaucoup de  Food » Charles Compagnon.

 « Cela ne sert à rien d’être sur tous les réseaux sociaux " soulignait Raphaële Marchal- exit Twitter et Snapshat, au passage ;)  -, de cumuler des milliers d’abonnés sur l’ensemble  de ces « chemins » pour le simple fait de les cumuler ; Il faut qu’il y est un but derrière et les choisir en fonction des objectifs que l’on souhaite atteindre". 

Quant à Christophe Michalak, c’est décidément  une superbe personne, respectueux de ses pairs, innovant et qui a cité La Phrase a retenir  de ce plateau :

« Quand tu vas chez le charcutier, tu ne t’adresses  pas à la saucisse mais, au charcutier »….je vous laisse méditer.

La conclusion fut d’une limpidité simplissime et évidente :

« La gastronomie française aujourd’hui tend  vers le ré-enchantement de la simplicité ».

Un deuxième plateau s’est mis en place et je retiendrais plus particulièrement l’intervention de Tigrane Seydoux Co-fondateur de Big Mamma qui s’insurgeait  contre les barrières financières qui sont opposés aux restaurateurs par les investisseurs…Le FoodCost est leur  critère de référence. Autrement dit, le coût de la matière première et le coût du personnel, celui-ci est en moyenne de 27 à 30 % en France alors qu’en Italie il est de 18 à 23 %. Mais, à ses yeux, le maintien d’un loyer bas et la maitrise des charges externes sont les vraies critères de réussite d’une affaire : A bon entendeur !

Quant à Thomas Clément fondateur de Nosite qui valide au combien que « les réseaux sociaux ont aidé l’assiette », il souligne également  que le client privilégie encore et toujours plus l’accueil et la bonne ambiance d’un restaurant comme premier critère de sélection d’un restaurant quitte à manger, peut-être, de la « merde ».

Sur ce bon mot, je vous laisse déguster cette vidéo ! 

Commentaires (1)

  1. Dlareg

J'ai tenu 10 minutes à regarder la vidéo, j'ai gagné quelque chose ?

 
There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement